Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

humour

Glitch

Publié le par Silion Keila

Glitch

C'était sympa avec toi 

Mais s'il te plaît donne-moi un indice 

Susurre-moi encore ton nom 

J'ai les oreilles bouchées par un flot d'actualités 

Tu sais la vie n'est pas facile 

La route semée de "pp "aussi belles que fragiles 

Elles se tiennent comme des petites porcelaines , les fines demoiselles 

Moi , je suis simplement la glue qui recolle leurs morceaux 

Difficile de faire un choix 

Je distribue mes " Salut, ça va " à plusieurs à la fois 

Si je te l'ai fait , dis-toi bien

Que 

D'autres avant toi y sont passées 

C'était sympa avec toi 

Mais s'il te plaît donne -moi un indice 

Susurre-moi encore ton nom   

J'ai les yeux qui commencent à bugger 

Je vais faire un arrêt - glitch- c'est obligé 

Tant pis 

Je vais reprendre mon fil là où il s'est emmêlé 

Y'en a deux ou trois qui seront ravies d'avoir une place de choix 

J'en vois déjà une là-bas qui pointe son sourire vers ma direction 

Hé , dis-moi mon ange 

Susurre-moi encore ton nom 

Ce sera sympa avec toi . 

 

Partager cet article
Repost0

Moi aussi. Ça tombe bien :)

Publié le par Silion Keila

Moi aussi. Ça tombe bien :)

Publié dans Humour

Partager cet article
Repost0

Saint-Loup-De-Naud

Publié le par Silion Keila

 

Présentation de la styliiiiiste qui a tenu pendant un temps le crayon pour vous croquiner un petit bout de chiffon . Bah, je sais pas si c'est l'air du carnaval ou si j'ai sniffé trop de beignets ou si ça conviendra à tout le monde . Mais comme le dit mon dicton , l'humour et les couleurs ça ne se discutent pas . Il faut de tout pour assortir ses créations et ses pompes .Pas vrai ?  Pour plus de réalisme vous savez pour sentir...la peau du personnage , je vous conseille fortement l'accent de Helmut Fritz alias Géronimo qui est en fait Éric Greff .  

Saint-Loup-De-Naud 

 

Misère de misère de misère ! Il faut te secouer le coco, me dis-je en balayant d’un revers de la main une minuscule myriade qui fait de l’ombre à ma veste signée Gucci.

Généralement ma démarche est bien H mais à cause de mes nouvelles chaussures Melvin et Hamilton, mes pieds sont devenus indépendants de ma volonté.

Je penche carrément vers le  Z, un tantinet claudicant.

Mais je suis prêt à tout pour fuir Saint-Loup -De -Naud.

Ma parole je n’ai jamais assisté à ça ! Ce coin est une véritable forêt amazonique en réalité. Je tente vainement d’oublier la présence des ampoules qui gonflent comme des bulles sur la peau de mes talons et de mes orteils.

Je lâche entre mes dents un ouh là là c’est pas possible.

C’est la guerre atomique qui me tombe dessus. J’ai mal mais peu importe la géhenne qui clignote comme un néon dans un coin de mon cerveau. Je ne veux pas louper mon avion tout simplement.

Je me plains mais ma journée n’est pas totalement ratatinée.  

Mon déjeuner d’affaires s’est déroulé comme un beau jour dans un hospice. Madame Chaachay que j’ai dénichée grâce à mes relations était aux anges. Elle a réellement été surpriiise par mes conseils en staïle et en beauté.

En vérité, entre deux lippées de thé au jasmin, elle a conclu notre rencontre par un mot qui m’a canonisé sur place : sublaïme. C’est vrai qu’avant c’était une brocante son dressing maintenant elle a un look qui va tout déchirer.

Sa silhouette est archi kawaï-wou.

Une publicité ambulante, elle rayonne ma chéwie, j’adooore !

La nouvelle madone n’a pas cessé de glousser comme un dindon. Elle a une mini poitrine qui la complexe beaucoup mais comme je dis toujours : chérie, mini poitrine alors maxi décolleté ! Et puis surtout si elle compte dénicher le prince charmant en restant assise sur son pouf, elle peut en voir passer du temps. Avec moi y’a pas de demi-poids, c’est la fashion fiesta à chaque essayage sinon nada. Maintenant elle a style. Et la laque sur le visage, adieu. C’est ah-u-ri-ssant !      

De temps en temps, mes clientes peuvent sembler hystériques. Non. Pardon. Certaines de mes chéwies sont excentriques, et faire des choses qui bousculent les sens comme par exemple échouer à Saint-Loup –De –Naud.

Quand j’ai découvert ce bourg, rho mé là j’ai cru que mes sourcils allaient se décoller ! En balayant d’un regard le hameau, même les mots refusent de sortir de ma bouche. Y’a une muraille de Chine entre ce petit bourg et ma ville lumière.

Pour moi, ce village n’a vraiment rien de ma-gni-faïk contrairement aux dires de Louise Chaachay. Il m’a suffi d’une seule journée pour m’apercevoir que c’est une cacophonie de paysages. Un ensemble de gens et de maisons qui ne s’harmonisent pas.

J’ai déjà dépassé des frontières mais là c’est la triple dimension.

Il me faut impérativement la lumière, l’architecture, la tour Eiffel, le foie gras, le vin et les mélodies de Piaf et de Brel. Rien ne peut rivaliser avec Paris qui sera toujours un grand dressing aux couleurs melting–pot.

Ici, il m’a fallu un moment pour comprendre les brrrrramm et les brrrrroumm des environs. Les premiers sont pour les tracteurs, les seconds pour les vaches, et encore pour le deuxième je ne suis pas certain. C’est peut-être un concerto d’animaux de compagnie.       

Á présent, je tiens ma sacoche en cuir avec une poigne en ferraille. J’ai hâte de retourner dans ce que je considère comme ma michotte à moi : ma boutique de prêt à porter pour femmes, fashion et tendance située dans le très commerçant quartier du Marais.

Mais la cérise sur le pompon est que l'aéroport le plus proche se situe à Longueville.

J’ai passé deux interminables heures sur mon portable à la recherche d’une compagnie de taxis. Ouh là là, mon oreille avait la trace de la vitre tactile. Plus rapide qu’un flash de paparazzis, elle a viré au rouge tandis que le reste de mon visage affichait vert. Quand j’ai appris que deux chauffeurs seulement font les tournées hebdomadaires au village, j’en ai eu ras les bas steaks et je suis parti de l’auberge.  

Au final j’ai arrêté de chercher midi à quatre heures en suivant simplement un panneau indiquant où sont les coucous . Môdieu, ce fut les trois kilomètres les moins staïlés de ma vie. J’arrive au bout de mon souffle quand j’aperçois l’entrée du fameux port pour avions. En passant le seuil, je me dis que deux ou trois conseils de relooking ne seraient pas du luxe.

Mais je suis trop enchantède d'avoir trouvé le bon nid pour me laisser submerger par le côté moche du décor. Même si je pense que moche était un terme trop joli pour cet endroit. Quand on est moche on peut toujours corriger ces petites imperfections avec du maquillage. Là même un ravalement de façade c’est peine et bien perdu.  

Cet endroit est pire que moche, pire que sordide c’est nulle part.  

Ce n’est pas possible qui avait eu l’idée bête de planter cet endroit en pleine cambrousse ? En plus, bonjour l’accueil. Il n’y a naaaada pour le confort des voyageurs mis à part deux sièges en plastique qui tiennent grâce au mur de vieilles briques décrépies. Les pauvres pierres sont chauves, il n’y a pas une seule affiche accrochée, même les toiles d’araignées ont déserté le mur. Les deux sièges vides se font la conversation. J’ai l’impression qu’ils se font un gros baiser tellement ils semblent collés l’un à l’autre. Je décide de les laisser dans leur sempiternelle intimité.

De toute manière, mes fesses vont bientôt avoir le loisir d’apprécier le siège moelleux de l'appareil habillé d'ailes et muni d'un organe propulseur dans quelques minutes.

Aïïe , mes ampoules sont mûres . C’est la carotte râpée!

Au-dessus des deux sièges, sur le mur, je cherche une horloge, un cadran, une chose qui fait tic tac tic tac mais je fais de nouveau radis noir. Je vais devenir toc toc. Ca m’énerve ! J’ai besoin de voir des aiguilles. Voir qu’elles talonnent autour des heures me détend.

C’est pas classe. Impossible de vérifier si l'avion a du retard et inutile de regarder sur mon portable, il est à sec.

Soudain à quelques mètres, mes yeux s’attardent sur une silhouette. J’avance vers elle. C’est une dame un peu périmée tout comme son bon sens apparemment parce qu’elle est en grande conversation avec le mur complètement fichu.

Je me demande bien ce qu’elle peut faire ici à une heure aussi matinale et sans une vache à la ronde. Mais ce qui me choque le plus c’est son staïle.

—  Est-ce que ça va ma chéwie ? lui dis-je le plus naturellement du monde.   

 

Partager cet article
Repost0

Article publié depuis Overblog

Publié le par Silion Keila

Un turbot a toujours une pêche d'enfer . 

Publié dans pictures, humour

Partager cet article
Repost0

Article publié depuis Overblog

Publié le par Silion Keila

Mettre son grain de poivre urbi et orbi c'est salant à la longue ...

Publié dans pictures, humour

Partager cet article
Repost0

Article publié depuis Overblog

Publié le par Silion Keila

Quand l'électricité pète les plombs , sommes-nous les derniers au courant ? 

Publié dans pictures, humour

Partager cet article
Repost0

Chèvre Chaude

Publié le par Silion Keila

— Bêêêlle ...

— Qu'est-ce que c'est ce truc ?

— Beu ...je s'uis une chèvre .

— T'as paumé M.Seguin ?

— Beu...non ...c'est toi la dame qui shoote les animaux ?

— Euh...shooter , shooter ...avec modération .

—C'est ma copine Marguerite qui m'a dit de venir te voir  , je vais à un mariage . Je dois être bêêêlle .

— Marguerite ? Ce nom ne me dit rien .

— Mais si !!! La petite vache du père Martin . C'est la première à brouter . Elle lâche rien ! Jamais . Aucun brin d'herbe ne lui échappe .

— Forcément vu sous cet angle .

— Alors t'acceptes ?

— De quoi ?

— De faire des clichés , pardi !!! Allez dit ouiiii s'teuplaît !

— Ben ...j'ai pas que ça à foutre , tu me donnes quoi en échange ?

— Ma reconnaissance .

— Et brouter ailleurs , non ?

— Si tu veux .

— Affaire conclue ! 

 

Tu es un étalon blanc . Pense comme un étalon ! Super

Tu es un étalon blanc . Pense comme un étalon ! Super

Bien ...la surprise , plus large les pupilles rectangulaire .

Bien ...la surprise , plus large les pupilles rectangulaire .

Voilààààààà ça c'est bon ça . Ne bouge plus !

Voilààààààà ça c'est bon ça . Ne bouge plus !

On n'avait dit pas les copains !!! C'est pas une photo de groupe ! Mêêêrde .

On n'avait dit pas les copains !!! C'est pas une photo de groupe ! Mêêêrde .

Si tout le monde s'y met ! Moi , j'remballe le matos .

Si tout le monde s'y met ! Moi , j'remballe le matos .

Publié dans Devenir chèvre, Humour

Partager cet article
Repost0

Article publié depuis Overblog

Publié le par Silion Keila

Ce n'est plus un secret pour vous chers lecteurs . Oui c'est vrai . Á partir d'une certaine heure , nous nous transformons en ...machine . Mais pas n'importe laquelle ! Non . Une machine à écrire bien sûr . On crache de l'encre , on joue avec les rubans dans nos cheveux , on fait des boules avec les feuilles de papier A4 . En plus j'arrive jamais à faire trois points dans la corbeille ! Bref , on devient AUTRE CHOSE . Ah, un seul remède : regarder les nuages .

Publié dans Humour

Partager cet article
Repost0

Article publié depuis Overblog

Publié le par Silion Keila

• Joel Robinson

• Joel Robinson

J'ai la fièvre . Je vais bientôt fêter mon 38e degré . Cela s'arrose . Avec de l'alcool à 90 bien entendu !

F.B

Publié dans humour, FB

Partager cet article
Repost0

E.x.c.l.u.s.i.v.e

Publié le par Silion Keila

E.x.c.l.u.s.i.v.e

Salut, esclave galactique. Tu es sur l’unique canal de communication de la nébuleuse, celle qui diffuse en boucle ses propres modes de pensée propagés exclusivement par une oblongue langue de bois.

Á chaque sol qui passe, à chaque petit astre qui file, à chaque exoplanète qui se donne le tournis, nous nous efforcerons toujours et sans aucune subtilité de notre part de te soumettre à notre propre volonté.

Aide-nous à devenir plus puissants ! En récompense de ta soumission totale qui interdit la moindre rétractation, nous t’abrutirons sans relâche à coup de propagande bien soutenue. Grâce à nous, tu ne seras plus jamais considéré comme un rebelle ni un libre- penseur.

Il n’est pas beau le cosmos ? Sache que notre zèle est sans limite. Les plus asservis auront même le privilège de séjourner après liquidation complète de leurs richesses dans notre impitoyable camp de rééducation. Aucune liberté ne te sera attribuée. Nos aéronefs t’observeront en permanence disséquant le moindre de tes mouvements car nos ondes s’alimentent et vibrent au son des préjugés et de l’ignorance. Nous sommes une bande de tyrans, jeune et dynamique assoiffée de pouvoirs.

Nos travers ne manquent pas.

Et puis nous profitons de ce flash unique pour diffuser la même sempiternelle annonce : Tous ceux qui sont injustes, cruels et qui ne respectent pas les règles sont les bienvenus. Un petit bonus sera attribué à celles et ceux qui rejoindront volontairement notre rang. Ils pourront exercer une autorité à titre exceptionnel sur les êtres catalogués comme indociles. Nous ne sommes jamais à court de nouvelles propositions.

Voici les dernières en date : exécution, confiscation des biens sans oublier notre chouchou, le tout dernier figurant sur notre liste : le bannissement. Lorsqu’un être conserve sa volonté, c’est dangereux. Il faut le catapulter le plus loin possible dans le néant sans sommation. Notre tyrannie est claire. Tu n’as aucun choix.

Á présent, ne te sens–tu pas léger comme de la poussière ? C’est cosmique de vivre à ta place.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 > >>