Spécieux

Publié par Silion Keila

Spécieux

Seule dans sa chambre Finna faisait les cent pas cherchant vainement une issue favorable à son tourment . Elle se souvint du jour ou son amant l'avait sauvé de la noyade après le naufrage du langskip . Un de ces puissants drakkars naviguant sans cesse sur les mers du Nord et qui devait la ramener saine et sauve auprès de son père et de son frère . Encore aujourd'hui , elle était charmée par le courage et le dévouement sans failles de Gabriel pour elle . Il n'avait pas hésité à la suivre délaissant sa patrie la France .

Car il faut vraiment qu'il m'aime pour être au service de mon père soupira-t-elle . Aurait-elle agi de la même manière ? Ne plus voir le ciel aux couleurs aquarelles . Ne plus sentir les caresses du soleil d'automne . Enfin ne plus apercevoir la petite vallée côtière au Nord du Yorkshire où elle avait grandi . Ses hésitations venaient du fait qu'elle était extrêmement attachée à sa terre natale . Mais , elle voulait fuir son père le terrible Egill , un despote et un commerçant redoutable .

Elle le détestait quand elle avait été en âge de comprendre son obsession maladive . Seul lui importait le tintement des pièces d'or et d'argent entre ces doigts . Son frère Falki souffrait aussi de cette situation . Il devait toujours faire ses preuves , guerrier émérite au cours des raids contre les Anglais et les Français , il se transformait en véritable berserker ramenant des butins impressionnants au pied d'Egill .

Ce dernier trop heureux des richesses que lui rapportait son fils omettait bien souvent de remercier les Dieux de son retour . Aussi loin que se souvienne Finna , leur père ne leur avait jamais adressé le moindre geste de tendresse . Leurs conversations se limitaient à l'argent . Elle le haïssait mais se méprisait encore plus devant sa propre lâcheté . Gabriel savait qu'il devait dire la vérité à Egill au sujet de sa fille mais il repoussait l'heure des confessions de peur d'être renvoyé ou pire encore !

Aujourd'hui , Falki était revenu les mains vides mettant Egill de très mauvaise humeur pour le restant de la journée . Pourtant malgré les remontrances de son père dans la grande salle , le jeune guerrier semblait ailleurs . Armé d'un étrange sourire qui illuminait son visage , il n'écoutait qu'à moitié l'avalanche de reproches dont il était la cible . Ils fusaient de part en part ricochant comme des flèches sur les murs en pierres sèches . Á courts d'arguments calomnieux , Egill quitta la pièce , furieux , suivit de loin par ses deux enfants . Dans le couloir les menant tout droit à leurs appartements respectifs Finna observait son frère .

Elle avait remarqué l'air épanoui de Falki .

Avant de séparer elle lui demanda timidement :

— Comment s'appelle ce doux rivage mon frère qui a pris possession de ton coeur ?

Falki resta silencieux en se contentant de fixer sa soeur de son regard azuré mais après un moment il lui répondit avec un grand sourire béat :

— Auðr .

C'était la première fois qu'elle voyait son frère aussi joyeux . Pourtant un voile de tristesse apparut sur ses traits quand il annonça à sa soeur que la jeune élue de son coeur était d'un rang modeste . Étant lui-même dépendant de son père , il ne savait pas comment l'aider .

Il se retourna vers sa soeur :

— Comment pourrais-je espérer lui offrir tout le confort qu'elle mérite ? Moi Falki fils d'Egill traité comme le plus misérable des serviteurs ! Finna pensa à Gabriel qui malgré sa gentillesse était invisible aux yeux de son père . Falki avait raison . La seule chose qui importait au cupide Egill et qui le tracassait beaucoup était qu'un jour on lui dérobe sa précieuse cassette contenant dix mille diamants . Évidemment personne ne l'avait jamais vu . Alors comment pouvaient-ils croire aux élucubrations d'un esprit obscène et âpre ? Plus tard à l'heure du souper Egill convoqua ses deux enfants pour leur faire part d'une importante décision .

Finna et Falki étaient préoccupés par la raison de cet entretien . Peut-être que Gabriel a décidé de parler à mon père espéra -t-elle en se dirigeant vers la grande salle qu'elle avait quitté le matin même . Mais alors pourquoi vouloir à tout prix que Falki soit présent ? Elle avait un mauvais pressentiment et son frère semblait aussi tourmenté qu'elle . Assis au bout de l'immense table la voix d'Egill s'éleva , impérieuse et cynique .

— J'ai une excellente nouvelle à vous annoncer , vous allez vous marier ! Brusquement le chaudron en fer blanc tenu par Gabriel pendant le service s'étala sur le sol .

Egill hurla :

— Imbécile ! Sais-tu au moins combien ça coûte un ragoût d'agneau ? Gabriel faillit répondre mais le regard supplicié de Finna l'en dissuada .

— Tu vas bientôt le savoir puisque ce sera ton repas . Je refuse de gaspiller de la nourriture à cause de ta maladresse . Ramasse les restes et laisse-nous .

Il s'exécuta le chaudron dans les mains, la mâchoire serrée . Gabriel avait un plan et il allait le mettre sur le champ à exécution . Il savait où se trouvait la cachette d'Egill et la fameuse cassette . Egill était un commerçant nul doute que pour récupérer son bien il accepterait cet échange . Il se redressa , fier de son plan . L'ancien noble retrouvait enfin sa dignité . La cassette entre les mains , il la cacha ailleurs , attendant que la fureur dont il était l'instigateur s'abatte sur lui . Finna émettait des sanglots , entre deux gémissements, elle demanda à son père quel était ce futur mari tombé des cieux .

— Ne sois pas insolente , d'ailleurs le mariage a lieu ce soir . C'est un jarl du clan voisin , il descend directement du chef Guillaume Longue-Épée . Inutile de me remercier . Quand à toi Falki je te fais l'immense honneur d'épouser la veuve Halldóra qui détient de nombreux biens fonciers . Falki se leva . Egill le retint .

— Ton mariage a lieu ce soir . Il fit une pause . En fait nous nous marions tous ce soir . Ravi de son effet de surprise , il observait le visage décomposé de ses enfants .

— Qui allez-vous épouser lui demanda Falki .

— Fils j'ai conclus une bonne affaire . La jeune femme est belle comme un soleil mais pauvre . Elle connaît la valeur des choses et ne dépensera rien ! Finna regarda son frère , la cuillère du ragoût à deux centimètres de sa bouche figée . Falki lança le regard le plus sombre que son père n'est jamais vu .

— Ne s'appellerait-elle pas Auðr par le plus grand des hasards : entonna Falki d'une voix railleuse .

— Effectivement et je sais que tu la convoites . Crois-tu que je laisserais un de mes meilleurs guerriers sans surveillance ? De mon propre sang de surcroît ! Ma décision est prise .

— Ne faites pas cela . Nous nous aimons vous n'avez aucun droit .. Mais Egill le coupa avant d'ajouter avec un sourire grotesque sur les lèvres .

— Je les ai tous . Allez je dois m'entretenir avec Guðmundr pour les derniers préparatifs . Cette petite expédition doit me faire dépenser le moins possible .

Puis il quitta la pièce . Chaque soir à la même heure il disparaissait et revenait toujours satisfait . Mais cette fois un cri horrible éclata dans le jardin .Egill était agenouillé près d'un trou . Falki et Finna arrivèrent imaginant un grand malheur .

— La cassette ; elle existe finalement dit Finna qui avait compris ce que cachait le trou .

Egill se releva empoigna sa fille et en la secouant hystérique lui demanda :

— C'est toi qui me l'as dérobé ! Voleuse ! Voilà comment tu remercies ton père ! Une voix brisa le silence de l'obscurité .

— Finna n'est pas la coupable j'ai caché votre cassette et si vous voulez la récupérer ce sera à mes conditions . Je veux épouser votre fille ! Falki intervint :

— Et moi je veux épouser Auðr Egill se dirigea vers l'écho et découvrit la silhouette de Gabriel . Rouge de fureur il le toisa du regard :

— Tu as tout manigancé pillard de trésors ! Je suis trop bon trop gentil ! Personne ne fera plier Egill et je m'en vais derechef régler cette histoire . Il appela un serviteur et lui chuchota un nom à l'oreille . Celui-ci revint avec Biôrnólfr un des membres constituant la haute autorité du Thing . C'était un septuagénaire dont les histoires du passé étaient ancrées sur ses rides . On devinait sous cette apparence l'incroyable guerrier qui l'avait dû être .

Simplement il dit : — J'écoute .

Egill donna libre cours à sa rage en faisant de grands gestes vers sa fille puis Gabriel et enfin Falki . Sans s'apercevoir qu' Auðr assistait à toute la scène . Dans sa colère il avait oublié les cérémonies . Après plusieurs minutes de ce lamentable spectacle Biôrnólfr l'interrompit et demanda à Gabriel :

— Ainsi donc vous êtes français ? Et voleur ? Gabriel s'expliqua sur les raisons de son subterfuge . Et en profita pour révéler sa véritable identité attestant sur son honneur que de nombreux français pouvaient l'identifier et qu'il était le fils légitime du Duc de Valerne . Egill le regardait d'un air méprisant en lui faisant remarquer que l'argent valait mieux que les paroles d'un voleur et d'un imposteur .

Biôrnólfr lui dit :

— Vous prétendez être le fils du Duc de Valerne et bien sachez que je l'ai connu et qu'il a été porté disparu ainsi que tous les membres de sa famille il y a bientôt seize ans en voulant échapper à la guerre . Leur navire a fait naufrage .

Gabriel haussa les épaules et répondit :

— Il est vrai que nous avons fait naufrage , j'avais sept ans mais heureusement pour moi le drakkar d'un chef nordique qui passait par là m'a recueilli touché par mon infortune il m'éleva comme son fils .

— Egill n'a pas tort , des paroles ne valent pas grand-chose . Avez-vous des preuves ? : demanda Biôrnólfr .

— Le chef Viking , un cachet de rubis qui était à mon père , un bracelet d'agate que m'avait mis ma mère à mon poignet et le vieux George mon serviteur rescapé du naufrage comme moi .

Auðr se mit dans la lumière et pour la première fois prit la parole :

— Selon votre témoignage il est évident que vous êtes mon frère .

Gabriel écarquilla les yeux et dans un souffle dit :

— Vous , ma soeur ?

—Maman et moi n'avons pas péri dans le naufrage mais étions les esclaves de pillards . Ceux- là même qui nous ont recueilli . Dix années après nous étions enfin libérées . J'ai tenté de regagner la France et voyant que vous n'étiez plus là , nos biens vendus je suis retournée auprès de notre mère qui a passé le reste de sa vie à attendre du ciel une fin plus heureuse .

Finna et Falki n'en revenait pas tandis qu'Egill attendait la sentence de l'envoyé du Thing . Sa réponse ne fut pas celle qu'il espérait .

— Venez tous les deux mes enfants !

— Vous notre père : dirent en choeur Auðr et Gabriel

— Après le naufrage j'avais peur de rentrer en France alors je me suis retiré ici en essayant d'oublier le passé et en m'inventant une autre vie jusqu'à mon nom . Mais à présent le ciel a répondu à mes prières et je suis le plus heureux des hommes .

Egill fit remarquer que son fils lui devait dix mille diamants . Gabriel promit à Egill de lui rendre son bien si ce dernier consentait à laisser les jeunes gens amoureux libres de se marier . Egill haussa les épaules :

— Si je revois ma chère cassette , la fin sera heureuse .

Publié dans Contemporain Théatre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :