Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aux quatre vents ..

Publié le par Silion Keila

Aux quatre vents ..
Aux quatre vents ..
Aux quatre vents ..

Publié dans pictures

Partager cet article
Repost0

Unité

Publié le par Silion Keila

Unité

Par-dessus l'horizon aux collines brunies,

Le soleil, cette fleur des splendeurs infinies,

Se penchait sur la terre à l'heure du couchant ;

Une humble marguerite, éclose au bord d'un champ,

Sur un mur gris, croulant parmi l'avoine folle,

Blanche, épanouissait sa candide auréole ;

Et la petite fleur, par-dessus le vieux mur,

Regardait fixement, dans l'éternel azur,

Le grand astre épanchant sa lumière immortelle.

"Et, moi, j'ai des rayons aussi!" lui disait-elle.

Victor Hugo, Granville, juillet 1836, Les contemplations.

Publié dans Poésie

Partager cet article
Repost0

Thème 2016 : Une Humanité

Publié le par Silion Keila

Des événements seront organisés ce 19 août à travers le monde afin de rendre hommage aux travailleurs humanitaires et commémorer le thème « Une Humanité ». A New York, une cérémonie commémorative sera organisée au Siège des Nations Unies et un événement de haut-niveau sera organisé dans la salle de l’Assemblée générale. Une campagne digitale sera également lancée afin de rendre compte des choix impossibles auxquels font face les personnes dans des situations de crise. Des expositions photographiques et des projections de films permettront également d’apporter un éclairage sur les vies des personnes affectées par les conflits et les catastrophes.

Pour tout gober ici : http://www.un.org/fr/events/humanitarianday/

Malheureusement , en ce moment la journée de l'humanité c'est un peu tous les jours et pas forcément dans le bon sens . Une Humanité Une Utopie .

Publié dans société

Partager cet article
Repost0

Allez Roch ! Voisine !

Publié le par Silion Keila

Aujourd'hui , j'ai appris que c'était la Saint Roch alors je décide de récupérer l'album Sauf si l'amour ...de Joseph Armand aka Roch Voisine et de le balancer aux oreilles de mon cher et tendre toute la journée sauf que changement de programme Saint Roch c'est triste . Si y'a une destinée et ben il a pas été gâté . Saint Roch a vu le jour à Montpellier en 1285 et décide de se mettre carrément au service des pestiférés ravagés par la maladie qui circule non-stop dans toute l'Europe à la fin ...attendez que je compte sur mes doigts mentalement ....du Moyen-Age . Il fait de la road et part en Italie pour soigner des malades et cette fois jackpot il obtient des guérisons . Sauf que les choses se gâtent , à force de prodiguer du bien , on lui veut du mal et le mal le chope . Malade le Roch . L'histoire se complique , des soldats le prennent pour un espion et il est jeté comme un malpropre en prison où il meurt cinq ans plus tard en 1327.

Moralité : Les vraies maladies sont toujours bien cachées . Ayez plutôt confiance dans les pestiférés , ils n'ont pas de jolis attraits à proposer mais sont moins dangereux pour la santé .

Publié dans société

Partager cet article
Repost0

Projet donc pas de titre juste petit jet

Publié le par Silion Keila

Bonjour à tous , avant que ce blog soit clos pendant un temps déterminé par mes vacances ( et oui , ça nous gagne ) , un petit jet qui date et qui impétueusement me pousse un peu pour que j'aille plus loin . Ha , ces jets quand ils vous arrosent . Le style de cette écriture-ci est totalement différent de mes autres parutions . Et bien que le sujet en lui-même ne porte pas sur l'hilarité , je suis tentée de l'expérimenter . Je me laisse deux ans ( en croisant les doigts ) pour achever cette idée . Mes obligations ne me permettent pas d'écrire plusieurs textes à la fois comme une fusée . Et d'autre part , je n'en éprouve pas une envie furieuse . Donc , tout va bien . Si à minuit , je me transforme en livre , là , oui , vous pourrez toujours appeler SOS bibliothèque pour qu'ils viennent gentiment me ranger sur une étagère .

En vous souhaitant , un enjoy sur ce petit jet .

Ma présence d'esprit affichait un moral au beau fixe . Rien à signaler , une petite journée comme je les aimais jusqu'à l'annonce du verdict . Une voix vaguement familière au téléphone m'annonça que notre souche paternelle en avait pris pour perpète et cette fois-ci sans remise de peine . Pour faire court puisque le temps est radin , mon père avait épuisé son temps sur cette terre . Il n'allait pas tarder à rejoindre les étoiles , le ciel et tout ce que l'architecte du monde avait vainement tenté de bâtir . Bref , la dernière route lui appartenait : Paradis ou Enfer , la question valait une âme .Deux jours auparavant , quelqu'un avait tenté de me joindre sur mon portable . Un numéro inconnu qui n'avait pas laissé de messages . J'aurai du deviné que cela ne pouvait être que lui . Il avait toujours été très habile pour soigner ses entrées et ses sorties . Se rappeler à ton bon souvenir comme dit la maxime . Finalement , ma mère avait pris le relais . Quand le temps s'épuise , une autre mécanique se met en place . Il faut speeder , speeder et jamais se retourner pour espérer atteindre l'arrivée . En somme , moi , la bibi de service que ma mère prenait le temps d'informer . Deux ans de silence entre elle et moi . Une chose fort banale , la performeuse dans toute sa splendeur , je suis persuadée que ma mère a un don . Celui de vous oublier sans culpabiliser . Un désamour dégagé de tout déshonneur . Pas une once de regrets . Aux chiottes les remords , elle en a vécu des moments d'absences formidables avec nous finalement . Je voudrais lui piquer la recette pour le nombre incalculable de cons qu'il y a sur cette terre mais je pense que c'est peine perdue . Elle a jamais craché la moindre info , muette comme une carpe . Elle aurait été un agent secret dans une autre vie que cela ne me surprendrait même plus Alors pourquoi je ne la nomme pas génitrice me direz-vous ? Tout simplement par égard pour moi . Je ne veux pas me rabaisser au rang de Cosette . La devise familiale était ni choyée ni désirée . Mais je vais vous dire , on peut survivre à une enfance dénuée de tout amour parce qu'on ignore ce que sait . C'est en grandissant que ça vous fout un monstrueux bourdon . Mais après , vous faites bien attention à préserver ces petits morceaux de bonheur que d'autres consomment à la volée sans prendre le temps d'éplucher le contenu . Le monde rêve d'amour sans amour . Le timbre de sa voix est très professionnelle , j'admire . Elle me signale que cela fait deux jours que mon père est hospitalisé et de surcroît mourant . Je prends la nouvelle comme on me l'envoie : en pleine face . Il a évoqué un dernier souhait , celui de nous voir . Quand je dis " nous " , je parle de mes autres compagnons d'infortune . Certains préfèrent parler de frère et sœur . La situation n'a rien de comique et pourtant , lui qui a toujours dit non à tout . Et quand je dis non c'est non , d'ailleurs à force , on ne posait plus aucune question . La seule chose positive c'est que cela peut développer un sixième sens chez certaines personnes . Le oui mais qu'est-ce -que tu me racontes là doudou dis donc ! Y'a des mots comme ça qui n'arrivent pas jusqu'aux oreilles devenues partiellement hermétiques à une communication joviale et agréable . J'ai passé dix sept-ans dans une cage , j'aurai bien aimé qu'elle soit dorée . Faire ma princesse , et les compensations qui vont avec . Faire des nuits complètes , avoir des baisers en guise de bonne nuit . Mais c'était interdit . Interdit sauf d'obéir à des règles tout aussi disjonctées les unes que les autres , dépourvues de sens . Rebelle à l'intérieur , pourquoi ? Parce que je le vaux bien , pardi ! Ma mère n'est nullement gênée de m'avertir au dernier moment ce qui écarte une fois de plus l'éventualité d'un lien entre nous . Berk ! Aimez c'est sale . Mais loin d'être une corvée , c'est une de ses victoires qu'elle brandit comme une championne . Du temps que je n'aurai plus . Des questions à jamais en suspens .Á présent , un dilemme se pose à moi , son état peut me choquer . Il paraît qu'il a énormément maigri . Ce qui me navre , c'est le manque de précisions . Ces détails sont vagues . Ils sont tous vagues , toujours vagues . Elle me saoule , rien qu'avec ces histoires , elle pourrait ériger une mer ! Je réponds à ma mère que je vais y réfléchir . Ce qui est faux , j'irai . Je tente de rassembler des beaux souvenirs , malheureusement je n'en ai pas . Je cesse alors de me torturer moi-même . C'est vrai , il a beaucoup changé . Les muscles de sa mâchoire ne répondent plus ce qui bloque sa bouche largement ouverte . Il émet des sons mais il ne peut plus articuler . Sa voix est éteinte . Il ne peut plus me faire peur . Je balaye la pièce furtivement , je ne suis pas venue ici pour refaire le papier peint . Mais je note qu'à part ses objets intimes , la pièce est dépourvue de chaleur humaine . Ni fleurs , ni mots lui ont été apporté pourtant il y a eut un sacré défilé . Alors je pose le mien sur la table de chevet . Une infirmière rentre et lui prodigue les derniers soins . Je l'observe , ces gestes sont appliqués . Je la remercie en opinant de la tête et la porte se referme . Alors je lui parle car pour la toute première fois , la seule de sa vie : il m'écoute .

Publié dans Projet

Partager cet article
Repost0

Forgeur de chairs

Publié le par Silion Keila

by George ~ RedHawk
by George ~ RedHawk

Á la surface lunaire, Cloron ouvrit mentalement sa cargaison livrée par une sonde terrestre. Grâce aux cellules cryogénisées contenues dans la caisse, il pouvait enfin fabriquer des enveloppes humaines . Matérialisant les rêves, il forgeait des Golem dotés de raisons .

Partager cet article
Repost0

Mars

Publié le par Silion Keila

Mars

La silhouette opaline se dirigeait vers la dune de sable noir située au Nord-Ouest du mont Sharp. Elle semblait évoluer avec aisance , pieds nus ,sur le sable brûlant du sol martien .Soudain elle s'éclipsa car le rover venait de prendre son premier cliché curieux.

Partager cet article
Repost0

Le brodeur d'étoiles

Publié le par Silion Keila

Le brodeur d'étoiles

J'aime les nuits beurrés d'étoiles

Quand elles croustillent en faisant un pied de nez à l'égoïste berger

M'immergeant dans leurs lumières

Attiré par le souffle des ténors

Je m'éveille alors .

Publié dans KeilaSilion, Poésie

Partager cet article
Repost0

• Le tableau diabolique - Silion

Publié le par Silion Keila

Vous l'avez fait ! Vous avez osé mais c'est quoi ce bordel mes lecteurs ? Alors , on écoute , on écoute , on écoute et c'est la dégringolade vers le haut . Terminé pour le tableau diabolique qui dépasse les 500 lectures ( et bravo à Sabine Huchon pour sa voix qui vous enchante ) .

Vous êtes de grands malades garguantuesques, les anthropophages à côté peuvent se rhabiller . Vous êtes des gloutons , des passionnés , des gourmands et vous n'en perdez pas une ligne . Là , c'est clair , chapeau , vous lisez proprement , toujours avec un petit marque-page J'ai qu'une chose à vous dire ou (écrire ), merci et continuez à dévorer ..petits monstres , va !

Et si vous aimez avoir peur , ne vous inquiétez pas , je suis à votre disposition pour vous coller des sueurs froides . Mais , vous devrez être patient et attendre jusqu'en Septembre que le monstre se réveille .

Partager cet article
Repost0

La Squaw - Bram Stoker

Publié le par Silion Keila

La Squaw - Bram Stoker

Un petit récit que j'affectionne particulièrement . Nous plongeons dans le Kaiseburg , un vieux château impérial de Nuremberg qui est un haut lieu du pouvoir politique . On y retrouve la Tour des Tortures et la Vierge de fer ( construite au XVI siècle , cette machine à tuer fut détruite par un bombardement pendant la Deuxième Guerre mondiale ) . Dans le récit , la créature perçoit ces cadavres du fond des fossés , comme durent le faire , tout au long des siècles , les paysans franconiens . Avec la secrète envie , d'inverser la relation de pouvoir et de hanter les maîtres à leur tour . On détermine deux plans : l'animalité qui se déchaîne et une société oppressive . L'auteur est anglais et son histoire éclot au début du XX siècle . Les guerres indiennes sont à peine terminées , la liberté , les grands espaces , l'insécurité , les coups de feu , la prospérité des fabricants de cercueils sans oublier la coexistence des Blancs et des Indiens , le métissage . Tout cela influe sur le récit de l'auteur qui crée un complot surnaturel et ô combien féminin .

Un délice mais attention aux yeux !

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>